mardi 8 janvier 2013

Arguments - 1 - Dieu - 12 - L'exposition (à suivre)



La fin de dieu présente des défaillances. La matérialité du monde comporte des zones lacunaires, presque nulles, dans lesquelles l'attente peut renaître. La face nue est déjà une proposition théologique.
ombre calcinée soubresaut palpébral du terme. chaux sur la face équivalent exact de jour et d'avenir.
Nous avons vu le futur devenir passé, l'inexistant devenir existant et l'évanescent devenir réel, absolu, irréversible. Nous avons là largement de quoi concevoir un dieu.
crissement de cendre dure sous les pas. contrainte de savoir. ombre refusée. perte brutale des cécités durement obtenues.
Pour l'homme, pas de Dieu sans homme. Nous arrivons donc sur terre en même temps. Toujours au même instant et dans le même lieu.
mur blanc et balancement du corps devant la tache de soleil. ronce de poussière et lézard hésitant. dénouement envahi par un frisson de vent brûlé.
Si l'Esprit est partout, il ne peut faire autrement que de souffler où nous voulons. Avancer, reculer, chuter, c'est égal. L'esprit de Dieu nous suit comme un rapace apprivoisé.
souffle et pause. vie et mort rengaine obstinée. la plaine aux déchets brûlés mange lentement l'évidence. bête broyeuse la vie a tout son temps.
Plus bas sera le lieu où nous le convoquons, et plus la révélation sera éblouissante. Exposons le pire, et attendons la proie.
l'ombre mord. jaillissement d'un doute noir vieilli et marneux. jour de joncs pourrissants enclavés dans le jour comme s'il y avait un autre lieu.
Ce qui est en moi infiniment autre que moi, le plus fruste, le plus proche du déchet est le gabarit de la distance qui me sépare de ce qui, au-delà de moi, est infiniment autre que moi. De l'excrément à moi, comme de moi à dieu.
bête malgré nous tapie dans l'obscurité du corps. terrier vivant rongé de lèpre solaire. noirceur viscérale envahie de jour. sarcome clairvoyant.
Sémantique divine faite de traces désertées, d'entailles entre monde et chair et d'une infinité d'autres paroles nomades. La théologie est l'art de ne pas lire, mais effectif et matériellement accompli.
chute furtive sur la caillasse de carrière. station tronquée. entre la peau et la pierre frontière faite d'entailles. germination paralysée. graine d'exclusion. prolifération rigide du rejet.
Ne pas être dieu est un fait. Être un dieu sauvagement agressée, voire battu à mort nous définit exactement. Ce n'est pas sans conséquence.
prolifération monotone choses trop proches gens trop vite dévoilés. je suis un autre corps.
C'est en tranchant dans l'éternité, en y pointant un fait quelconque, même produit dans des circonstances éternelles, que l'on fait naître sa sœur bâtarde, l'éternité qui se passe.
espace et jour intercurrents dans un lieu obscur. clignement de la pierre trou d'aube blanche contact aux cavités de l'os. écart noir voile d'ombre. vide affaibli entre une chose et autre chose. méduse faciale nuit morte d'un seul tenant.
Notre précarité qui a un bord de néant et un bord d'éternité nous instaure juges de l'absolu. Nous sommes ici pour dire que cela est et que cela n'est pas.
abusé par un frisson de chair. être le croisement de l'apparition et de la disparition de tout. être traversé.