mardi 12 mars 2013

Arguments - 2 - L'homme - 5 - La Passion (1)


Intégrité, raison, bon sens, discernement sont des pierres posées sur le défilé du salut. Demande au monde de te casser, à la vie et au mal de perturber ta raison, à ta propre pensée de saccager ton bon sens, et passe. Il t'attend, et tu sauras.
douleur décomposée. genoux chancreux près du sol. des pierres rampent pour rejoindre les pierres. articulation dispersée.
Tu t'affaires et la vie s'épuise. Quoi que tu fasses tu avances à reculons. Attends que l'Inconnu te frappe et te renverse. Tu seras terre sur la terre, et tu accèderas à l'élévation.
vie déportée. pieds de traînard dans la boue d'un chemin hypothétique. perdre du terrain pour se rejoindre. quitter la colonne. s'offrir à l'exécution. résider.
Tu es le gardien de l'origine. Ta conscience contient le firmament et tous ses luminaires. Plus il y a de la terre plus le ciel croît. Même si tu meurs, tu deviendras, n'étant pas, la graine d'où surgit le Tout de la création. Le ciel naît ici.
rebond des têtes giflées d'espace. progression vers le bas. marche fichée dans son axe vertébral. vasière aux ventres et haleines de glaise. métaphore de la terre moins forte que la terre.
Ton chemin est fini et son terme infranchissable. Mais ne néglige pas les traces que laisse sur le sol l'ensemble de tes égarements. Revient sur tes pas. Regarde et lis. C'est la lettre que le Sauveur écrit sur le sable et qui te guide vers ton éternité.
nez à terre pister la perte. la vie sent. fond sédimentaire du corps. amples putréfactions de la mémoire. tumeur biographique. tout croît vers l'arrière.
Détruire la porte n'est pas aller au-delà. La porte est partout et tu geins. Tu ne souffrirais pas si tu ne pressentais pas l'ouverture. Elle ressemble au monde tout entier, qui apparaît quand tu le quittes.
ombre du bord. impact incrusté dans la dalle fossile. envers pétrifié d'un site sacramental. perforations mammaires sur un mur qui porte encore les désignations monotones du tir.