jeudi 7 mars 2013

Arguments - 2 - L'homme - 4 - La rédemption (5)


Revivre les coups reçus c'est revenir en deçà des coups et les réitérer. Nous sommes malgré nous les libres producteurs des coups qui nous atteignent. Et nous en vivons et nous en mourrons.

collision aveugle dans la sente obstruée de ronces. corps subitement décelé. connexion dure contre le pan de mur. un ciment musculaire pour clôturer le désastre. un lieu dissimulé dissipe l'incertitude. douleur éparse entre la pierre et le ventre. envol de mouches voici le monde.

Pour le discours qui nous révèle nous sommes filtre, principe de cryptage, effet de distorsion. Nous sommes cette articulation toujours active entre ce que nous sommes et ce qui en apparaît, sans même avoir connaissance de ce qu'il en est de l'un et de l'autre. Nous sommes aveugles deux fois.

viatique noir. emmener partout son ombre et sa douleur. se capturer sans faiblesse. se barrer la route bête maléfique. empêcher la dissémination de ce qu'on est.

Retenus ici par le texte d'une mission sans maître. Entre achever le monde et y constituer son manque essentiel. Le monde manifestement ne veut pas se combler de lui-même.

déchet crissant comme un lieu et comme un sol. chaque pas devant lui-même enterre son propre vestige encore vide. défalcation résolue de l'espace qui nous devance. dévastation des chemins enterrés dans ce désert des restes. trame rigide de verre broyé et de copeaux de fer. ouvrir le monde malgré toutes ces choses.

Aboutissements, échecs, choses indépassables, ce qui est au-delà de nous reflue et heurte la paroi. Nous sommes la paroi et notre douleur est l'articulation de la parole qui énonce la limite. Nous sommes aussi cette douleur.

présence jet d'urine. marquer ce territoire grand comme une foulée d'homme. domaine inviolable éternellement déserté.

La disparition est multiplement nommée. Cela nous procure tous les noms pertinents de la terre. Pas un de plus, pas un de moins.

trajet indéfini. terre à l'extérieur de sa tache souillée. le champ d'herbes dures s'encercle lui-même. bastion de restes cohérents et clos. assertion circulaire selon quoi le parcours porte atteinte à son propre désert local.