samedi 23 mars 2013

Arguments - 2 - L'homme - 5 - La Passion (6/6)


Si tu apparaissais tel que Dieu t'a conçu et créé, nul ne pourrait te dévisager sans en être mortellement ébloui. Sa miséricorde te concède un peu d'obscurité, afin que tes semblables puissent te voir.
violer un désert. surgir au centre d'un site saccagé. montrer entièrement l'homme fini qui n'aura jamais été. même dans le désert ce qui nous voit se trompe.
La Création n'ajoute rien, ne retranche rien, elle consomme. Menée à son terme elle épuise la distinction entre le Tout et le Rien. Et elle consommera jusqu'aux déchets laissés par tes destructions restreintes.
vasière sèche. désert qui se mange. la face nue dévore la brûlure solaire pourrissant sur les pierres plates. notre ombre derrière nous bête qui ronge le dernier déchet du jour.
Ton industrie prétend détacher la création du créateur. Si tu y parvenais, tu apprendrais alors que c'est le même. Dans l'acte de créer tu es l'écart qui se résorbe.
semer l'anéantissement. nourrir le désert. ne pas habiter. connaître l'incapacité du monde à se constituer sans nous.
Tu es fait d'un peu de glaise et d'une insufflation. Restitue l'insufflation. Non pas pour créer Dieu, mais pour restaurer la glaise intacte où quelque chose d'humain peut encore s'éveiller.
voyage dans la cloque de chair. léchage résolu des cernes de glaise. pétrissage buccale des cendres. mastication des vocables enlisés. pain de bave. saisons de crémation. pain de terre. proie offerte.
Dieu qui comporte la totalité des qualifications possibles et impossible, concevables et inconcevables, Dieu qui n'est dépourvue de rien n'aura pas été dépourvu d'origine. C'est la raison d'être de l'humain, de sa chute, de son instauration et de sa gloire.
fumées dans la plaine à déchets. le feu n'y fera rien. la terre s'ouvre mal. les plaies qu'on lui inflige se rouvrent un jour ou l'autre dans nos peaux. il est inutile de blesser le monde. toutes ses plaies sont factices et inhabitables.