mardi 3 septembre 2013

Arguments - 2 - L'homme - 14 - Le même (4)

On ne peut se cacher valablement qu'au centre de la plus extrême exposition. On ne disparaît pas au loin, ni dans un lieu secret. Notre disparition doit être ostensible. Elle durera ce que dure le disparu lui-même. Rien, ou bien une parcelle de perpétuité. Ne pas exister se déroule dans le monde.
barbelés et tessons de verre. borne des choses. douleur lisible. on n'échappe pas aux noms de la présence.
L'achèvement renaît. Ce que nous vivons est un recrû de la fin. Ainsi ne finissons-nous pas.
chaux blanche. carrière déserte. gradins d'une chute absolue. flaque d'eau claire et d'herbe contenant la paroi de craie inversée. au fond le ciel. la dévastation s'est achevée. le désert atteste que rien n'a eu lieu.
Le monde est un voyage réitéré vers sa propre apparition. Il transite de lui vers lui encapsulé dans des mots. Mais uniquement dans les mots qu'il sait susciter. Nous ne disons rien.
jour neuf sur les friches. prescription absolue du passé. le temps confond le passage et l'abolition. le désert ressemble à la rupture. monde cependant inclus dans les mots qu'il façonne.
Passer outre ressemble à une blessure. Or le plaies du monde et les nôtres se confondent aisément. Il y a lieu de décider à travers lesquelles nous passons, en veillant à ne pas nous tromper. Blesser l'autre est un dérivatif.
restitution par la plaie. éraflure de mur humide proposition faite au jour. ainsi savoir tout avec une seule douleur. ombre incinérée.
Autour de nous le monde murmure et détourne le sens des choses, comme des familiers autour d'un cancéreux abusé par amour. Mais le monde n'est pas dupe, nous non plus. Nous nous aimons ainsi, le monde et nous, l'air de rien.

désert schématique. lune et réverbère. répétition stricte de la même tige végétale à intervalles réguliers sur la croûte crayeuse du sol. discours monomane. texte interminable et sans séquence. contraindre ça à exprimer l'annulation de l'intrus.