mercredi 23 décembre 2015

Généalogie 2



Devant nous l'indifférence ontologique des choses périssables, fourmilière satisfaite, au travail toujours bien accompli. Leur mission est de faire qu'un maximum d'être soit. Jeu éblouissant avec leur propre anéantissement, copeaux d'ombre dans le jour permanent de l'être, semblables à la parole et à son obscurité. 


il y eut un haut et un bas et la braise palpébrale s'ouvrait et durait. tumeur céleste et sommeil crématoire. glose incertaine. les choses consommées trahissent leur ignorance. 


Déjouer le déni. Ne pas rester intact. Se porter atteinte, à l'image du monde. Partager avec les choses la distinction explicite de ce qui est et de ce qui n'est pas. 


d'une titubation perdre le monde. se tenir toujours au-delà du salut. durer dans la zone toxique du temps. 


La disparition est présente partout. Avant la chose, après la chose, en même temps que la chose. La présence est toujours extrême, cernée par son propre anéantissement. Être est une circonstance insulaire. 


durée blanche le jour blanc calcine son propre soleil. lieu de fortune route tronquée aux deux bouts. compression de copeaux de fer sentier dur à travers le champ de lambeaux et de floches. terre confirmée exactement où elle est. cuisson de son métal corrosion locale de ses scories. feu instrumental presque mentionné. reconstitution sans retour de l'arrivée. 


Ici et là-bas, ceci et cela, cette chose et autre chose, être et n'être pas. Le renoncement à se mouvoir en ayant en vue ces dissociations est une simple décision de sagesse, relative à l'impossible et à son inconsistante séduction. La force en nous qui soutient ce renoncement est aussi la voie d'approche de l'être vers l'être, en laquelle nous sommes impliqués. 


dessiccation des herbes. sol d'oxydes. ne pas partir brûler. épuiser la chair sur place. donner lieu aux choses. rien ne disparaît. 


Le dévoilement local, matériel, contingent, est ce qui pense, pour nous, qu'il y a de l'être. Toute chose est dévoilement. Toute occultation est extrinsèque. Rien, même pas que quelque chose est, ne se pense sans cette pensée que nous ne pouvons pas produire. 


jour de feu sur les fosses. lèvres closes sur le brasier verbal. face au sol loyauté dure à son dessein de durcir. herbes comprimées dans la fente de glaise cuite. dénonciation retenue. 


C'est avec nos achèvements et nos déclins, avec nos péremptions charnelles et mentales que nous soulageons d'une ombre digressive le domaine où il commence à y avoir de l'être. 


enfoncer la fatigue au fond de la chair et prédire un germination. bientôt un autre corps. 


La pensée est une main. La saisie doit s'achever en plaie, sans aller jusqu'à la destruction de la saisie. Il restera toujours un peu de parole autour des choses, et du nom de l'être autour de l'être. 


saisir le sol. s'emparer du caillot principal. pierre de fondation dispersée dans la terre. caillou indescriptible armé de tranchants et de cassures. déchiffrage abondant du contact de la main fermée et de sa plaie. 



La forme use la chose et ronge sa valeur de signe qui témoigne du fait que cela est et que l'être, ici, persévère. Le regard juste défait la forme. Le destin ontologique de la chose est d'être selon ce qui se dit. 


serrer les poings sur l'attente. pétrifier le refus. manger l'ombre fossile du mort qui revient. une pierre écrasée fait l'affaire. 


Geste, parole, regard, simple présence, ce qui sert à la manifestation des choses ce sont encore des choses, passibles de manifestation. Sauf si tout se déploie de soi, sans délai et sans intermédiaire. Si tout constitue d'emblée l'ouvert. 


pierre à lancer et plaie et touts les autres repères. migration abrupte. monde vers la dénudation du monde. grand dégât dans la terre. on aurait fouillé et laissé nu l'alvéole d'un incrustation sans nom. homme ou pierre de rebut. dépotoir saccagé. l'effraction épuise la terre matrice de lieux et d'issues. cache inutile. 


Toute vision est le reste d'une clarté sans forme. Toute parole est reprise. Le dévoilement est subreptice. L'éclairement meurt en vision, et cette mort y ramène. Il est inutile de lacérer le visible. 


éblouissement solaire fugitif dans la fissure transversale du mur. salut chancreux. grouillement bas des issues. peaux et murailles fabriques déchirées d'au-delà.