samedi 26 décembre 2015

Généalogie 3



Notre langage est épuisé, comme par un sel marin, de toujours contenir l'assertion extrême. Mais il est facile de repasser par l'obscurité des choses. On peut à tout moment régénérer le secret.


camp totalement parcouru. fossés de ferrailles et de ronces. murs résorbés par la poussée turbulente de branchages et de guenilles. occultation abrupte du jour et du monde.


Chercher la circonstance où la parole tarit. Considérer que ce tarissement est la porte vers l'autre parole, même réduite à la dimension d'une passe sans étendue, impossible et indéniable. Et nul ne pourra plus se restreindre au dicible.


trouble dans la mort géographique. respiration du chemin pris dans sa propre glaise. il faut ramper dans un sillon de vent. redessiner le voyage.


Reconnaître l'opacité des choses. Restituer au monde beaucoup d'obscurité. Atteindre la pierre aveugle de la fondation de tout.


pénétration sans dégât dans l'ombre basse. égarement aveugle du jour dans son repli de boue et d'herbe. clapot d'un pas aussitôt cerné d'indifférence. poing au front faire cession d'un os dur à la dispersion ininterrompue du lieu.


Si la parole devance la manifestation de l'être, il est licite de l'attaquer avec toutes les armes que le monde nous accorde. Meurtrissures et atteintes, impasses, échecs, déserts, tourments, opacités. Tous les outils offerts pour la purification du savoir.


récolter une à une les pierres d'achoppement. charpenter de chutes le désir de durer. s'ancrer par les os à la terre terminale. contrecarrer la dispersion du pays.


Croyant voir le monde, nous voyons ce qui se passe dans nos yeux. En quelque sorte, nous ne voyons que nos propres yeux, où nulle chose ne fait défaut. De la même façon, c'est l'être qui accomplit l'acte d'être que nous imputons aux choses, et cela ne se voit pas.


au-dessus de nos têtes quadrillage fracassé d'herbes blanches. jour disjoint. observation péremptoire où rien encore ne fractionne le dehors. commencement rapatrié. 


Ce que nos enquêtes fraient et parcourent était déjà un chemin. En toute découverte qui touche à ce qui est fondamental nous sommes héritiers d'un ancien dévoilement. Rien n'est plus vieux qu'un acte inaugural.


autant de vermine que de chemins. faisceau d'issues noué à mort. injonction de présence. ni chute ni frayage. les chemins survivent seuls.


Ne confondons pas l'occultation fondamentale avec nos absences épisodiques. Dans le suprême dévoilement seulement, l'être qui se dérobe apparaît comme tel.


face au mur de planches dissimulation du monde. fouet de vent au ciel. éblouissement inattendu à travers les trous de palissade. ce qui naît tout d'une pièce est le déchet de l'absence.


La distance véritable s'enracine ici et les distances lointaines ne sont rien pour nous. Tout ce qui est est notre lieu. Être ici c'est être en route vers le plus distant de l'être.


saillie de vent aux yeux. souillure crématoire aux narines. le monde manifeste sa présence. déchet de distance sédimenté sur la peau. approche d'un autre souffle.


La borne des choses nous procure des paupières et le droit de les abaisser à notre gré. La ponctuation est le seul défaut de l'être qui ne le spolie de rien.


la corrosion de peau poussière de surface faciale marque un temps d'arrêt exactement avant le monde. astre de rebut. production continuelle de la halte. miséricorde acerbe qu'on ne peut pas refuser.


Nous sommes l'interruption d'une autre parole, la rupture d'une autre pensée, le doute d'une autre certitude, la suspension d'une autre sentence. Nous en sommes le souffle et la racine, et nous ne pouvons pas faire que cela ne soit pas.



contraction de gorge entre deux souffles. spasme de la glotte d'une parole à l'autre. des univers passent sans être dits. firmaments escamotés entre deux balancements délibérés du corps. engeance discrète de l'écart.