samedi 30 avril 2016

Le sacrifice 1

Le commencement est noble. Fèces et urines, obscurité ventrale, humeurs et sang, sécrétions et renvois, glaires, cris, cécité. Dans un autre registre, cette glaise du sol qu'une insufflation de dieu nantit d'une âme. Et tout au cours de la vie, stupidité, hébétement, bêtise, sont source de l'esprit et sol de fondation. Nous n'en aurons jamais fini avec ce corpus.
sous le crissement de tiges blanches pause entre deux pas successifs. attente d'un signe du dehors. champ de chardons et de pailles empli d'un chiffre ostensible. fouet de feu. dans l'air chaud certitude vide inépuisable.
Si nous manquons de rivage entre le sol et la dérive l'immobilité y pourvoira. Trahison simultanée à l'enracinement et au départ. Appropriation d'un monde.
le déchet broie toutes les nomenclatures. retrait bienfaisant du monde. apparaissons dans l'écart. la seule génération qui ne nous détruit pas.
Tu ne sais rien du contenu de ton ignorance actuelle. Tu ne connais pas son étendue. Rétrospectivement tu sauras qu'elle est immense. C'est ainsi qu'à chaque parcelle de savoir répond un interminable passé d'ignorance. Infime ver de clarté qui se fraie un chemin dans la vasière noire de ce que tu ne sais pas encore que tu ignores. Chaude obscurité qui l'héberge et le nourrit.
mémoire calcaire blanc opercule à ronger. insecte gavé de son enveloppe natale. pour passer manger le déblai. manque d'une lettre pour faire déborder le savoir. objectif vomir.