dimanche 15 mai 2016

L'impasse 2




Ce n'est pas tout d'être là. Notre acte permanent est de nous ramener ici. De nous reconduire nous même vers le pire et son remède. Nous sommes en même temps monsieur K. et ses bourreaux, et c'est là que réside l'existence d'un recours. Le présent quelconque est le seul titre de validité. Mais il faut terrasser la tentation de la fuite. Même impossible.

peau de boue et de cendre. nous ne marchons pas vers la limite. ça se dépose en nous comme la suie d'un feu traversé. dans la chair sédiment d'oubli. on passera avec ça.



D'ici où nous sommes vers la fin il n'y a pas de trajectoire. Le fonctionnement de la vie n'est pas une balistique à cause de l'inexistence de l'élan précurseur. Il n'est pas différent de la lecture rétrospective de son inexistence.

priorité enfin au mur aveugle. balancement de l'ombre. lampe jaune au plafond. caresse optique. figure de jour de nuit de jour. séquence brisée dans la désignation du feu. lumière jaune contre le mur. chiot nouveau-né chose à tuer.



Le temps ne passe pas. Le passage du temps est cette dissolution de l'aboutissement, désagrégation de l'origine, disparition du présent. Reste le reste et le reste est tout. Il ne convient cependant pas de susciter la destruction.

au milieu du jour un jour crématoire. nous nous alimenterons des restes d'incinération. il faut beaucoup brûler.