samedi 11 juin 2016

La répétition

Le pire n'est pas la fin. Le désastre nous sauvegarde, afin de subsister. Notre existence est en surcroît.

voir tout. arpenter les surfaces. purger la terre de sa triste profondeur. annuler le massacre.



Monde charitable qui nous accorde ses déclins, éclipses, désastres, disparitions. Ainsi donne-t-il lieu au monde, et par extension à nous, dont la fonction en retour est de poser son existence.

jour dans le gris au cœur des dunes et des joncs. dans l'air d'eau et de sel matière à dire les noms les uns après les autres. creux de présence attestés. le même mot s'applique aux choses qui se disent et aux choses inexistantes. de quoi prolonger l'énonciation.




Parlons sans crainte. Toute parole est germe de sa propre inanité. En son pli négatif, elle crée l'indicible, les noms du néant et de toutes les choses qui sont au-delà de la parole humaine

le cri a un bord et un tranchant. le murmure a une peau fertile. ça fait naître ce qui ne se dit pas.